Recettes et fiches cuisine > baliste : toutes les recettes > baliste

 

Supertoinette | la cuisine familiale

Baliste

Le baliste est un poisson des mers chaudes.

toutes les recettes de Baliste
Traduire/Translate this fiche de cuisine

Que savons-nous sur le baliste? 

Le baliste est un poisson des mers chaudes, au corps aplati, en forme de losange. Son nom, qui est celui d'une machine de guerre romaine, vient de son aiguillon dorsal qui se dresse en cas de danger.
On connait surtout le baliste de la Méditerranée ("fanfré" à Nice), qui se prépare comme le thon, dont il a un peu le goût.


Le saviez-vous?
Le monocéros, accroché au mur d'une chambre, répand une grande lumière pendant la nuit...

Espèces

Baliste vieilleBaliste vieille, Balistes vetula, appelé également "Bourse blanche" , "Vieille femme" ou encore "Baliste royal". Il possède douze rayons, ou plus, à la nageoire ventrale; pas d'aiguillons sur les côtés de la queue. Taille adulte : 40 cm. On le trouve dans le Golfe du Mexique, la Mer des Caraïbes Est (Antilles, République Dominicaine, ...), dans la mer des Caraïbes Ouest (Mexique, Cuba, ...), dans la Mer Rouge et dans l'Océan Atlantique Sud-Est (Afrique de l'Ouest). Il se nourrit de mollusques et de crustacés.

Baliste étoiléAbalistes stellaris. Ce baliste possède de petites taches sur la partie supérieure du corps; huit ou dix rayons contenus par une membrane épaisse, à la nageoire ventrale; pas d'aiguillons sur les côtés de la queue. Il est gris dessus et blanchâtre dessous, des raies longitudinales et d'un blanc mêlé de gris s'étendent sur la seconde nageoire du dos et sur celle de l'anus. Ce sont les taches presque blanches, très petites, et semées sur la partie supérieure du corps qui le font paraître étoilé. Un sillon assez profond est creusé sur le devant de la tête; l'ouverture de chaque narine est double; celles des branchies est très étroite, placée presque perpendiculairement au dessus de l'origine des nageoires pectorales, et située au devant d'un petit assemblage d'écailles osseuses plus grandes que les autres. Originaire de l'océan Indo-Pacifique Ouest jusqu'à la mer Rouge et l' Afrique Orientale. Il vit sur les fonds sablonneux ou vaseux, les récifs coralliens. Il se nourrit de crustacés (crabes), et de mollusques ainsi que de petits poissons.

Baliste écharpe ou baliste picasso à bandeau noirBaliste écharpe ou baliste picasso à bandeau noir, Rhinecanthus rectangulus. On le reconnait facilement à sont large bande noire, étendue obliquement depuis les yeux jusqu'à la nageoire de l'anus; huit ou dix rayons contenus par une membrane épaisse, à la nageoire ventrale, quatre rangs d'aiguillons sur les côtés de la queue. C'est un baliste aux couleurs vives. L'extrémité du museau est bleu ciel, la tête est d'un jaune vif, qui s'estompe sur les cotés et qui se change, entre les yeux, en couleur d'aigue-marine, sur lequel s'étendent trois raies noires et transversales. Une autre ligne bleuâtre descend depuis le devant de l'oeil jusque vers la base de la nageoire pectorale. Au-delà une bande d'un noir très foncé part de l'oeil, et, allant obliquement et en s'élargissant jusqu'à l'anus et à la nageoire anale, forme sur le corps une sorte d'écharpe noire dont il a pris le nom. Tout le reste du corps est d'un rouge brun, excepté la partie inférieure comprise entre le museau et le bout de l'écharpe qui est blanche. Le baliste écharpe est l'emblème de l'État de Hawaï. On le trouve en zones côtières, dans les rochers ou dans les massifs coralliens, à des profondeurs allant de 0 à 20 m. On le trouve dans une grande partie de l'Océan Pacifique, en Océanie et dans l'Océan Indien, notamment sur les côtes orientales de l'Afrique et de Madagascar, ainsi que dans la mer Rouge jusque sur les côtes de l'est de l'Égypte.

Baliste double-aiguillon, Triacanthus biaculeatus. Ce baliste possède quatre rayons à la première nageoire dorsale; deux grands rayons à la thoracique. Son museau très long se termine par une sorte de groin. Une ligne latérale très sensible part de l'oeil, suit quasiment la courbure du dos et s'étend jusqu'à la nageoire caudale qui est fourchue. Ce baliste est gris dessus et blanchâtre dessous. Les mâles peuvent atteindre 30 cm. On le trouve depuis le Golfe persique jusqu'à la baie du Bengale, l'est de l'Australie, le sud du Japon et la Chine.

Baliste chinois,  Balistes sinensis. Le baliste chinois possède douze rayons, ou plus, à la nageoire ventrale. On le trouve dans la mer qui arrose les rivages de la Chine mais également dans celle du Brésil. Le baliste chinois est gris dessus et blanchâtre dessous et communément parsemé de petites taches couleur d'or. Sa chair est à peine mangeable.

Baliste velu, Balistes tomentosus. Le baliste velu a deux rayons à la première nageoire dorsale, trente rayons à la seconde, et la queue hérissée de piquants. On le trouve dans les mers de l'Inde. Il a le corps assez mince, brun qui se change, sur les côtés, en jaune, puis ensuite en gris, et enfin en jaune plus ou moins clair et qui est souvent varié par des taches noires et allongées.

Baliste mamelonné, Balistes papillosus. Il possède deux rayons à la première nageoire du dos; le corps est parsemé de petites papilles ou de petits mamelons. Ce poisson est gris blanchâtre.

Baliste tacheté ou baliste ponctué, Balistes punctatus. Ce baliste possède deux rayons à la première nageoire du dos; un grand nombre de taches sur tout le corps. Il vit dans les mers chaudes, habituellement en milieu récifal sub-tropical. Il ressemble un peu au baliste mamelonné par les petites papilles ou verrues qui, dans plusieurs endroits de son corps, rendent sa peau rude au toucher. Il est violet dans sa partie supérieure, et d'un blanc jaunâtre dans l'inférieure. Ses nageoires pectorales sont jaunes, et presque tout l'animal est couvert de taches bleues. L'orifice de chaque narine est double, et les quatre ouvertures de ces organes sont placées dans une petite fossette située au devant des yeux.

Baliste pralin, Balistes pralin. Le baliste pralin possède deux rayons à la première nageoire du dos; vingt-cinq à la seconde; la tête est très grande. Il a trois ou quatre rangs d'aiguillons sur chaque côté de la queue et  plusieurs raies sur le devant du corps. Une grande tache noire apparait de chaque côté du corps. La partie supérieure de son corps est d'un joli vert foncé, et sa partie inférieure est blanche. On voit sur chacun des côtés une raie pourpre qui s'étend depuis le bout du museau jusqu'à la base de la nageoire pectorale. On distingue aussi cinq autres raies, dont les deux extérieures et celle du milieu sont bleuâtres. Les deux autres sont rougeâtres et un peu plus larges et s'élèvent de la base jusqu'à l'oeil. Ses nageoires pectorales sont rouges et les bords supérieurs et inférieurs de la nageoire de la queue sont jaunes. La tête, à elle seule, fait près d'un tiers de la longueur totale de ce poisson cartilagineux. On le trouve au milieu des rochers voisins des rivages de l'Île Pralin. C'est pourquoi, on lui a donné le nom de celle-ci, ou se situe son habitation ordinaire. Attention il mord avec force lorsqu'on le prend sans précaution. Sa chair est agréable.

Baliste Kleinien, Balistes Kleinii. Il possède deux rayons à la première nageoire du dos; le museau est avancé; l'ouverture de la bouche est très petite et garnie de barbillons; quarante-cinq rayons au moins à la seconde nageoire du dos et à celle de l'anus. Il a pris le nom de celui qui nous la fait connaître "Klein". La nageoire de la queue est arrondie. Ce poisson vit dans les mers de l'Inde.

Baliste curaçavien ou curassavien, Balistes curassavicus. Il possède deux rayons à la première nageoire du dos; le museau est arrondi; la nageoire de la queue est terminée par une ligne droite. Il habite auprès de curaçao dont il tient son nom. Les côtés brillent d'une couleur d'or très éclatante. Cette dorure est relevée par un point noir placé au milieu de chacune des écailles sur lesquelles elle s'étend. Le dos est brun.

Baliste épineux, Balistes aculeatus. Il a trois rayons à la première nageoire du dos; de deux à six rangs d'aiguillons de chaque côté de la queue; le rayon de la nageoire ventrale fort, dentelé, et placé au devant d'une rangée d'aiguillons. C'est un poisson brun foncé. Sur ce fond sombre, des raies transversales, rouges sur le devant du corps et dorées sur l'arrière, s'étendent obliquement, et répandent un éclat très vif. Yeux, lèvres et base des nageoires pectorale sont rouge vermillon. Sur les autres nageoires ce rouge est mêlé de jaune. Ce baliste habite la mer Rouge et la mer de l'Inde, ou on peut le pêcher parmi les rochers, les coraux et les récifs qui avoisinent l'île de Pralin.

Baliste sillonné, Ballistes ringens. Il a trois rayons à la première nageoire dorsale; la queue sillonnée; la nageoire caudale en croissant. Ce baliste présente une couleur d'un beau noir sur toutes les parties de son corps, excepté sur la base de sa seconde nageoire dorsale et de celle de l'anus. Une raie longitudinale blanche et quelquefois bleue, s'étend sur ces bases. Une rangée de tubercules garnit l'intervalle compris entre l'anus et le rayon qui tient lieu de nageoire thoracique. On trouve le baliste sillonné dans la mer de Chine et dans celle qui borde les côtes orientales de l'Afrique.

Baliste caprisque ou cabri, Balistes capriscus. Appelé également le "Baliste porc" ou "Baliste cochon de mer". Il possède trois rayons à la première nageoire dorsale; pas de grands aiguillons auprès du rayon de la nageoire ventrale; la nageoire de la queue arrondie; les couleurs du corps brillantes et variées. Il vit en milieu récifal sub-tropical. Il colonise également les lagons, les baies et les ports. Avec le réchauffement des températures, le baliste remonte très au nord, et il est devenu commun en septembre dans les filets de pêcheurs d'Audresselles (cap Gris-Nez), au nord du Pas-de-Calais. Il possède une teinte générale d'un violet clair et chatoyant qui donne à tout son corps les nuances variées que l'on admire sur la gorge des pigeons. L'iris de ses yeux, assez grand, bleu très vif et bordé d'un jaune éclatant paraît, au milieu du fond violet comme un beau saphir entouré d'un cercle d'or. Il se nourrit de crustacés et de mollusques qu'il broie avec sa puissante mâchoire. Au moment de mourir, il émet des sons semblables à des grognements humains.

Baliste queue-fourchue, Balistes forcipatus. Il a trois rayons à la première nageoire du dos dont celui de l'antérieur est très long et très fort et représente une sorte de corne et est hérissé, de tous les côtés, de tubercules et de petites dents. On distingue quelques taches sur la seconde nageoire. La nageoire de la queue est fourchue. Ce baliste vit dans les mers de l'Amérique méridionale.

Baliste bourse, Balistes Bursa. Il a trois rayons à la première nageoire du dos; celle de la queue est terminée par une ligne droite; une tache noire, en forme de croissant apparait entre les yeux et les nageoires pectorales. Ce cartilagineux présente une couleur d'un gris plus ou moins foncé sur toutes les parties, excepté sur la portion antérieure et inférieure du corps, qui est blanche. Le blanc du dessous du corps est séparé du gris, d'une manière si tranchée, que la limite qui divise les deux nuances forme une ligne très droite, placée obliquement depuis l'ouverture de la bouche jusqu'à la nageoire de l'anus. Ce poisson habite auprès de l'Île de France.

Baliste américain, Balistes americanus. Ce baliste a trois rayons à la première nageoire dorsale; celle de la queue est arrondie; de grandes taches blanches apparaissent sur la partie inférieure du corps. Il est doté sur chaque côté de la queue de trois rangées de petits aiguillons recourbés. On le trouve dans les mers voisines de l'Amérique équatoriale mais également dans celle qui sépare l'Afrique de l'Asie.

Baliste verdâtre ou baliste olivâtreBaliste verdâtre ou baliste olivâtre, Balistoides viridescens. Ce baliste possède trois rayons à la première nageoire dorsale; quatre rangs d'aiguillons de chaque côté de la queue, dont la nageoire est légèrement arrondie; de petite taches noires sont visibles sur le corps. C'est le poisson le plus grand de son genre (il peut atteindre 75 cm). Il tient son nom de la couleur qui domine le plus ce baliste. En effet, la plus grande partie de son corps est d'un vert mêlé de teintes de bruns et de jaune. On voit un point noir au centre de presque toutes les écailles. Les deux côtés de la tête sont d'une couleur d'or foncée, le sommet est d'un bleu noirâtre avec de petites taches presque jaunes et un bleu plus claire règne sur la partie inférieure du museau ainsi que sur la poitrine. Une bande noire et un peu indéterminée descend des yeux jusqu'aux bases des nageoires pectorales. Ces nageoires, la seconde du dos, celle de l'anus et celle de la queue sont blanchâtres et bordées de noir. Enfin on observe une belle couleur jaune à l'extrémité des nageoires pectorales, et sur les côtés de la queue. La vessie aérienne est argentée. Il est originaire des récifs de l'Indo-Pacifique, dont l'Australie, Fidji, Thaïlande, Indonésie, Philippines et les Maldives, mais également dans la mer Rouge.

Baliste grande-tache, Balistes fuscus. Il a trois rayons à la première nageoire dorsale; six rangs de verrues de chaque côté de la tête; la queue sans aiguillons; la nageoire caudale est en forme de croissant dont les deux pointes en sont très prolongées. Une grande tache blanche est visible de chaque côté du corps. C'est un des plus grands balistes. Sa couleur tire sur le brun. Il est plus clair sur le ventre que sur le dos. Une ligne blanche borde l'extrémité de presque toutes les nageoires. On le trouve dans la mer qui baigne l'Île de France.

Baliste noir, Melichthys niger. Ce baliste a trois rayons à la première nageoire du dos; plus de trente rayons à la seconde, et à celle de l'anus; la nageoire caudale en forme de croissant; pas d'aiguillons sur la queue; tout le corps est d'une couleur noire plus ou moins foncé, excepté le milieu du croissant, formé par la nageoire caudale qui est bordé de blanc. On  aperçoit plusieurs petits piquants au-delà de la nageoire ventrale. On le trouve dans la mer qui baigne l'Île de France.

Baliste bridé, Balistes capistratus. Il a trois rayons à la première nageoire dorsale; celle de la queue en forme de croissant; pas d'aiguillons sur la queue; un anneau de couleur très claire autour du museau; un demi-anneau de la même teinte au dessous de l'ouverture de la bouche, et une raie longitudinale de chaque côté. La couleur de ce baliste est uniforme et foncée. Le demi-anneau, l'anneau qui environne l'ouverture de la bouche, et les deux raies qui s'avancent vers les nageoires pectorales, forment un assemblage qui ressemble à une sorte de bride. C'est de là que vient son nom de "bridé". On le trouve dans la mer qui baigne l'Île de France.

Baliste armé, Balistes armatus. Il a trois rayons à la première nageoire du dos. Celle de la queue est un peu en forme de croissant, et bordée de blanc. Six rangées d'aiguillons sont visibles de chaque côté de la queue. C'est à cause du grand nombre de ces aiguillons qu'il lui à été donné le nom de "armé". On le trouve dans la mer qui baigne l'Île de France.

Baliste cendré, Balistes cinereus. Il a quatre rayons à la première nageoire du dos et trois bandes bleues, étroites et courbes sur la queue. Ce baliste possède une grande tête. Sa couleur générale est d'un gris cendré. Une bande noire va de l'oeil à la nageoire pectorale la plus voisine. On aperçoit des piquants sur les faces latérales de la queue. On le trouve dans la mer qui baigne l'Île de France.

Baliste Assasi ou baliste picasso arabe, Rhinecantus assasi. Il possède plusieurs rangs de verrues brunes sur le corps, et trois rangs de verrues noires sur la queue. On le trouve près des rivages de l'Arabie, dans la mer Rouge. Ce baliste possède une chair de saveur moyenne. Ce baliste présente une couleur brune sur la partie supérieure et blanche sur la partie inférieure. On aperçoit du jaune autour des lèvres. Quatre raies bleues et trois raies noires placés en travers et alternativement au devant des yeux. Une raie d'une teinte foncée et tirée de la bouche à chaque nageoire pectorale. Chacune de ces deux raies obscures est surmontée d'une bandelette jaune, lancéolée et bordée de bleu, et d'une seconde bandelette noire également lancéolée. Une tache allongée et blanche apparaît sur la queue. Une autre tache noire et entourée de fauve est visible à l'anus. Enfin une couleur roussâtre apparaît sur presque toutes les nageoires. Ce poisson ne devient pas grand. Il est une des plus petite espèce de balistes.

Baliste Mungo-Park, Balistes Mungo-Park. Il a trois rayons à la première nageoire dorsale; vingt-sept à la seconde; sept rangs d'aiguillons petits et recourbés de chaque côté de la queue. Le corps est garni de papilles; la caudale est à peine échancrée; sa couleur est noire. Ce poisson tient son nom du célèbre voyageur "Mungo Park" qui l'a observé  et décrit. Ce baliste vit dans les eaux de Sumatra et au milieu de coraux ou madrépores. sa dorsale antérieure est noire, sa caudale jaunâtre avec l'extrémité blanche. Les autres nageoires sont jaunes.

Baliste ondulé ou baliste striéBaliste ondulé ou baliste strié, Balistapus undulatus. Il a trois rayons à la première nageoire du dos; vingt-six à la seconde; des piquants très-forts de chaque côté de la queue; des tubercules au devant de ces piquants; la caudale à peine échancrée; la couleur générale noire; onze ou douze raies longitudinales, ondées, et trois bandelettes rouges qui vont des lèvres jusqu'à la base de sa pectorale. Sa dorsale est noire. Les autres nageoires sont jaunes. Ce baliste vit dans les récifs coralliens, zones assez profondes de l'Océan Indien, le Pacifique Sud et la Mer Rouge.  Il est carnivore et se nourrit de toutes sortes de proies et de nourriture sèche.

Baliste monocéros, Balistes monoceros. Il possède cinquante rayons, ou à peu près, à la nageoire de l'anus. Son nom lui vient de la sorte de corne unique que l'on aperçoit sur le dos de ce baliste (on l'aperçoit également chez le baliste chinois). On trouve ce baliste dans les mers chaudes de l'Asie et du nouveau continent. Il est de couleur varié de brun et de cendré. La couleur brune apparait sur la nageoire de la queue en trois bandes transversales qui ressortent d'autant plus que le fond de cette nageoire est d'un jaune couleur d'or, comme les autres nageoires de ce cartilagineux, et comme l'iris de ses yeux. On note que l'entre-deux de ces organes de la vue est plus élevé au dessus de l'ouverture de la bouche que sur plusieurs autres balistes. Le monocéros vit de polybes et de jeunes crabes. La chair du monocéros est sèche et coriace, on ne la mange pas ordinairement.

Baliste monocéros écrit,  c'est Catesby qui le premier a décrit ce baliste, auquel il a donné le nom de "licorne de Bahamas", parce qu'il l'a trouvé près de ces îles. On le rencontre également vers les côtes de la Chine. Catesby l'a désigné sous la dénomination de baliste écrit à cause des taches noires, rouges et bleues, dont le corps de ce poisson est peint, et qui ont quelque ressemblance avec les caractères de l'écriture chinoise. Ce monocéros est plus grand que le précédent, il possède une dentelure assez profonde sur l'extrémité de la nageoire de la queue, et la corne qu'il porte derrière les yeux s'élève en ligne droite. L'oeil est grand et son iris est bleu. Deux os blancs et solides que couvre une peau très mince forment les mâchoires, dans lesquelles sont implantées six dents, deux dans la mâchoire supérieure et quatre dans l'inférieure, qui est la plus longue. La nageoire de la queue est osseuse, longue, fort large lorsque le poisson l'étend. Il se nourrit de vers marins.

Baliste hérissé, Balistes hispidus. Appelé également "porte-vergette". Il possède une trentaine de rayons au plus à la nageoire de l'anus et cent petits aiguillons de chaque côté de la queue. Ce baliste est d'un brun presque noir sur toute sa surface, excepté sur ses nageoires pectorales, la seconde du dos et celle de l'anus, qui sont ordinairement d'un jaune très pâle. On le trouve dans les mers de l'Inde, et particulièrement auprès de l'ïle de France. On le trouve également auprès des rivages de la Caroline. Il présente souvent sur la queue une tache noire entourée d'un cercle d'une nuance plus claire. Sa hauteur est à peu près égale à la moitié de sa longueur totale. L'iris paraît d'un brun très clair et la prunelle bleuâtre. Il tient son nom de "porte-vergette" à l'image que représente sa queue et sa centaine d'aiguillons. Il est difficile de l'attraper. Sa nageoire caudale est un peu arrondie.

Le baliste varié, Balistes varius. Il a un museau très allongé, un corps très aplati. L'épine du dos est forte et épaisse. Des taches brunes et blanches apparaissent sur le fond cendré de ce baliste. Leur multitude lui donne son nom de "varié". Il vit dans l'océan Atlantique sur les varechs flottants et se nourrit de crustacés.

Le baliste métallique, Balistes metallicus. Il est couleur cuivre sur toute sa surface et c'est ce qui lui donne son apparence dite "métallique". Sept rangées longitudinales de points bruns interrompent de chaque côté du corps l'uniformité de ce fond cuivré. Les deux séries supérieurs sont composées de dix points, et les suivantes de neuf, de trois, de dix et de trois. L'épine dorsale est quadrangulaire et dentelée sur chaque angle. Il y a deux taches blanches sur sa face antérieure. Le museau est allongé. Il vit dans l'océan Atlantique.

Baliste clown ou baliste léopardLe baliste clown ou baliste léopard, Balistoides conspicillum. Ce baliste peut atteindre 30 cm. C'est le baliste le plus célèbre et surement le plus coloré des poissons de la famille des balistes. Ses dents sont coupantes et l'aide à ouvrir les oursins ou à découper les carapaces de crustacés. Il vit dans les récifs coralliens de l'Océan Indien et du Pacifique Sud. Il est carnivore et se nourrit de toutes sortes de proies et de nourriture sèche.


Parlons cuisine

Le baliste cabri possède une chair ferme et gouteuse, il faut néanmoins fileté le poisson pour éviter la cuisson de la peau et de la tête qui donne un mauvais goût. Le filetage s'avère difficile à cause de l'épaisseur de la peau.

Le baliste écharpe est parfois pêché pour sa chair, comestible.



Recettes à découvrir


Crédits photos : Fotolia

Publicité

Trucs et astuces

Comment cuire un poisson au court-bouillon ?

Lorsque vous cuisez un poisson entier au court-bouillon, démarrez la cuisson à froid et augmentez la température doucement : la chair ne se détachera pas. Pour les poissons en morceaux, darnes ou filets, faites le contraire : plongez votre poisson dans le liquide bouillant.

Tous les trucs et astuces

Publicité