Recettes et fiches cuisine > chameau

 

Supertoinette | la cuisine familiale

Chameau

Le chameau, Camelus, famille des Camelidae.

Traduire/Translate this fiche de cuisine

Que savons-nous sur le chameau?

ChameauLe chameau, Camelus, famille des Camelidae, est un ruminant d'Asie et d'Afrique, à une (dromadaire) ou deux bosses, dont la viande est consommée dans plusieurs pays du Maghreb et de l'Orient.

Le chameau vit en moyenne 60 à 70 ans.
Un chameau, lorsqu'il pousse un cri, blatère.
La femelle du chameau est la chamelle, son petit est un chamelon ou le chamelet.
Il n'est pas très rapide à la course contrairement aux dromadaires. Ils peuvent courir jusqu'à 20 km/h au maximum sur de courtes durées et maintenir une vitesse allant jusqu'à 10 km/h. Le chameau est plus petit, moins musclé et plus trapu que son cousin dromadaire.
Le chameau existe encore actuellement à l'état sauvage dans le désert de Gobi.
La chamelle pèse jusqu'à 600 kg et le mâle plus de 800 kg.
Les bosses des chameaux constituent des réserves énergétiques, pleines de matières grasses où dominent l'acide palmitique (de 32% à 34.4 % selon les âges croissants), l'acide oléique (33.6% chez le chamelon, 21.7 % et 28.9% dans les groupes d'âge suivants), et l'acide stéarique (18.8, 24.1 et 20.7% respectivement). Ils ont de remarquables facultés d'adaptation à la déshydratation. Le chameau peut boire jusqu'à 135 litres d'eau en 10 mn (par aspiration, grâce à ses lèvres qui prennent la forme d'une ventouse).
En état de déshydratation, il est capable d'économiser l'eau corporelle par des mécanismes de réduction des pertes hydriques (diminution de la diurèse, arrêt de la sudation, diminution du métabolisme de base, variation de la température corporelle) tout en maintenant une homéostasie vitale pour sa survie, à la fois en limitant la variation de la concentration des paramètres vitaux et en assurant une excrétion maximale des déchets métaboliques. Celle-ci est permise par l'émission d'une urine très concentrée. Toutefois, l'excrétion des éléments dont l'élimination nécessite des grandes quantités d'eau (glucose, urée notamment) est contrôlée de façon rigoureuse. Il dispose également d'une anatomie favorisant la rétention d'eau lors de l'expiration (les sinus très irrigués refroidissent l'air expiré permettant la condensation de l'eau), de la transpiration (rares glandes sudoripares) et de l'excrétion (bouses sèches, urine concentrée) ; par ailleurs il dispose de mécanismes de recyclage des produits de digestion comme l'urée, lui permettant de se satisfaire de fourrages de faible valeur nutritive. Le transit digestif étant plus lent et ayant la capacité de séparer les phases solides et liquides dans son estomac (rumen), il peut augmenter la digestibilité des fourrages pauvres. Ce qui lui permet de supporter de très longues périodes de jeûne (un mois) sans boire et sans manger, sous des climats très chauds (ou très froids). En effet, le chameau peut supporter des températures très chaudes en été (50 degrés) et jusqu'à -25 degrés en hiver. Sa longue fourrure, beaucoup plus fournie que celle du dromadaire, le protège du froid, puis les poils tombent par grosse touffes au printemps, au moment où l'animal mue.
Cette grande résistance aux conditions climatiques difficile rend leur utilisation précieuse pour le transport des hommes et marchandises en caravane de chameaux qui peut parcourir 60 km par jour.
Les chameaux semblent être originaires d'Asie centrale. La première espèce (Camelus bactrianus) a été retrouvée sous sa forme sauvage dans le désert de Gobi. Le chameau est plutôt utilisé en Asie centrale. En Asie méridionale, en Asie mineure et en Afrique, c'est le dromadaire qui le remplace.
Le chameau de Bactriane était anciennement très répandu, mais sa population est aujourd'hui réduit à environ 1.4 millions d'individus, essentiellement domestiques. Il semble qu'il reste environ 1000 chameaux de Bactriane sauvages dans le désert de Gobi et de petites quantités en Iran, en Afghanistan, en Turquie et en Russie.
L'hybridation du dromadaire et du chameau de Bactriane, pratiquée surtout au Kazakhastan, permet d'obtenir des produits associant la robustesse du chameau (notamment sa résistance au froid) et la productivité laitière du dromadaire.


Etymologie

Le nom latin du genre est Camelus, lequel transcrit le grec kamēlos (κάμηλος).
Il s'agit d'un emprunt au phénicien gamal.
Le nom du chameau est peut-être à l'origine d'une lettre de l'alphabet phénicien (lointain ancêtre de l'alphabet latin), à savoir la troisième lettre de l'alphabet proto-sinaïtique, appelée gamel (qui a donné gamma en grec).
On pense qu'à l'origine, cette lettre représentait une bosse, laquelle en s'inclinant a donné C de l'alphabet latin. Ce signe se nomme gimel en hébreu (et jīm en arabe); les voyelles longues n'étant pas notées dans l'écriture des langues sémitiques, la succession des trois consonnes gml peut donc se lire gimel (=la lettre g) ou gamal (="chameau").
D'autre part, on peut entendre dans le midi de la France le mot technique camelle, venu du provençal camello "chamelle". Ce terme désigne les longs tas de sel qui s'étendent au bord des marais salants.


Quelques espèces

Camelus bactrianus : le chameau de Bactriane qui a deux bosses est d'origine asiatique. 

Camelus dromedarius : le dromadaire ou chameau d'Arabie. Il n'a qu'une bosse et vit dans l'ouest du continent asiatique (en particulier dans le désert d'Arabie) et en Afrique du Nord.

Camelus ferus : le chameau sauvage de Tartarie qui depuis peu est reconnu comme une espèce sensiblement différente de l'espèce domestique du Bactriane.

Les deux premières espèces s'hybrident, et le petit est appelé Turkoman.


Parlons cuisine

On mange surtout les animaux jeunes, dont la chair tendre rappelle celle du veau.
La cuisse de dromadaire se cuisine hachée, en boulettes, ou entière, dans une marinade.
En Mongolie, la graisse de la bosse sert à fabriquer un beurre très employé.
On mange également le coeur et les tripes.
Considéré comme impur par la Bible, le chameau était apprécié à Rome, où ses talons grillés étaient un mets raffiné.
A Paris, pendant le siège de 1870, il figura au menu du restaurant Voisin pour le réveillon.
Le lait de chamelle est nutritif et bien équilibré.

La viande du chameau est rarement consommée chez les éleveurs de chameau de l'Afrique. On ne la mange qu'au cours des périodes de grave pénurie alimentaire, pour recevoir des invités ou encore pour accomplir un rite ou faire un sacrifice. La viande de chameau est considérée comme un luxe par les éleveurs.


Santé, régime

Propriétés du chameau

La valeur énergétique moyenne du lait de chamelle est de 65 calories au 100 ml soit 3.2 g de protéines, 4.3 g de lipides et 3.4 g de glucides.

Le lait est généralement consommé frais, quoiqu'il puisse être transformé en lait caillé, fromage, beurre  blanc graisseux ou ghee. Il est rarement commercialisé. Au plant de la valeur nutritive, le lait de chamelle est supérieur au lait de vache et au lait de chèvre. En outre il est riche en vitamine C (5 mg/100ml).



Recettes à découvrir


Publicité

Trucs et astuces

Comment fariner viandes et poissons en une pellicule résistante à la friture ?

Pour fariner les viandes ou les poissons, avant de fariner, trempez le produit dans un peu de lait, la farine et la caséine du lait font une pellicule adhérente qui résiste à la friture.

Tous les trucs et astuces

Publicité