Ténia

Le Ténia, métazoaires, embranchement des vers plats ou Plathelminthes.


L'homme peut être parasité par deux sortes de Ténias ou "Vers solitaire" qui vivent dans son intestin. Il s'agit du Ténia inerme, transmis par la chair du boeuf et, plus rarement, du Ténia armé, transmis par la chair du porc.

L'animal a la forme d'un long ruban de forme aplatie, pouvant atteindre 9 mètres chez le Ténia inerme et 4 mètres chez le Ténia armé.
Le ténia vit fixé par ses ventouses (ténia inerme) ou par ses ventouses et ses crochets (Ténia armé) sur la paroi intestinale. La présence d'un ténia dans l'intestin de l'homme peut ne causer aucun trouble sérieux chez l'individu en bonne santé, mais chez les enfants ou les adultes affaiblis, elle entraîne des troubles gastro-intestinaux, de l'irritation du tube digestif, de la boulimie (appétit insatiable) et des troubles nerveux dus à la production de toxines par le parasite.
La lutte préventive individuelle consiste à consommer de la viande de porc et de boeuf suffisamment cuite. Dans la lutte curative, on essaie de débarrasser le malade de son parasite par l'absorption d'un ténifuge ayant pour but d'abord d'engourdir le ver, puis de le détacher de la muqueuse intestinale. Enfin, un purgatif chassera le parasite. Comme ténifuges utilisés, on peut citer l'extrait de fougère mâle, les graines de courges, le stannoxyl (mélange d'oxyde d'étain et d'étain métallique).
Après l'évacuation du ver, il faut s'assurer de la présence du scotex parmi les anneaux rejetés. Si le scotex est resté accroché à l'intestin, le ver se reformera en quelques semaines et on essaiera à nouveau de l'expulser.

Quels sont les autres ténias hébergés par l'homme ?

- Le Ténia bothriocéphale: l'homme se contamine en consommant des poissons d'eau douce (brochet, lotte, perche, saumon...) mal cuits, qui renfermaient dans leur chair des larves de ténia.

- Le Ténia échinocoque, il vit à l'état adulte dans l'intestin du chien; les oeufs, très nombreux, émis avec les excréments du chien, peuvent résister longtemps à l'eau, à la sécheresse et au froid. Si l'homme avale un oeuf (aliment souillé par le chien, léchage par le chien), il traverse la paroi de l'intestin et par voie sanguine ou lymphatique, va se fixer dans le foie le plus souvent, mais aussi dans les poumons, la rate, les reins, le cerveau, le coeur. Après plusieurs stades d'évolution, il peut se transformer en une vésilue de la grosseur d'une orange, parfois d'une tête humaine. Ces kystes sont plus ou moins bien tolérés par l'organisme. S'ils viennent à se rompre, ils peuvent tuer le malade par une intoxication généralisée. C'est donc une maladie très grave qu'il faut prévenir en surveillant les contacts avec les chiens. Le traitement est surtout chirurgical.

Recettes à découvrir

×